News
Info-Tech
Thursday, July 22, 2004

Les sites web de 2003: les meilleurs, les bons et les moins bons
Posted on the Thursday, January 08, 2004

Pourquoi Telecom Plus n’a-t-elle pas jugé opportun de réaliser une troisième édition des Webs d’Or, laisse perplexe ? BUSINESS MAGAZINE propose donc aux internautes sa sélection de sites mauriciens en ce début d’année. Attention, ce ne sont ni les meilleurs sites web, ni ceux qui nous ont le plus plu, mais bien ceux qui ont marqué cette année 2003 de leur présence.

Recipes from Mauritius
(http://ile-maurice.tripod.com/)

Ce site est une véritable caverne d’Ali Baba pour tout Mauricien se trouvant à l’extérieur et qui rêve de recréer au fond d’une casserole les goûts et les saveurs de notre île Maurice natale. Madeleine Philippe, une compatriote résidant en Australie, a compilé pour nous une bonne centaine de plats et mets mauriciens : Achards de légumes, Napolitaines, Puris en passant par l’Alouda et les éternels Kulfi Malaye et Halim. De quoi faire venir l’eau à la bouche. Les recettes, dont une bonne partie en anglais, sont bien expliquées avec une ou deux photos. Une table de conversion ainsi qu’un moteur de recherche viennent compléter un site bien pratique pour les globe-trotters. Le site est bien présenté et se laisse lire sans prétention. Une des meilleures surprises de 2003.

Amaurice.com
(http://www.amaurice.com/)

Produit par une jeune start-up, Chic Technologies, amaurice.com a été lancé durant Infotech 2003. Serait-ce encore un concurrent “sérieux” de servihoo qui se veut être le portail national ? Amaurice.com a contrairement à d’autres (v-street, sirozanana) des arguments apparemment plus sérieux. Interface soignée, couleurs plaisantes, la première impression est bonne… Très bonne. Plusieurs services viennent étoffer la première page : un sondage, de la musique live, un chat room, un moteur de recherche d’emplois à Maurice, un directoire des services et commerce, une mini-agence matrimoniale, des nouvelles locales, des promotions, etc et j’en passe. Un rayon des bonnes affaires pour ceux qui veulent faire un peu de shopping ainsi que des promotions.

Là où le bat blesse, c’est qu’en réalité, le site tarde à prendre son envol. Des nouvelles pas mises à jour, des liens morts, la mauvaise habitude de copier des textes d’autres sites web et de les coller sur amaurice.com (comme sirozanana), bref une fâcheuse tendance à prendre la mauvaise pente. Souhaitons simplement que amaurice.com retrouve rapidement la bonne voie et puisse survivre et prospérer au-delà de 2003. Mais son créateur lui-même n’en est pas aussi sûr à en croire la durée du nom de domaine, seulement une année.

ile-maurice.com
(http://www.ile-maurice.com/)

Il est difficile de croire qu’un site comme Ile-Maurice est principalement l’oeuvre d’une seule personne, Stephane Lee, un Mauricien basé au Canada — ce dernier ayant passé le relais à une compagnie, Imagine-Studio. Même si ce site n’a pas la prétention de concurrencer servihoo.com, le simple fait qu’il existe depuis 1997 et qu’il reçoit des publicités depuis le moteur de recherche Google (Googleads), mérite d’être salué.

Utilisant la plate-forme FreeBSD, un lointain cousin de Linux, ile-maurice.com n’a pas de vocation commerciale, ce qui le démarque d’autres sites du genre.

Dans l’ensemble, sa présentation est sans reproche avec des variations sur le bleu. Le site donne des informations utiles sur Maurice et demeuré un portail même si cela n’est pas clairement mentionné. On retrouve un taux de change, un service d’email gratuit à la servihoo.com, des sites mauriciens intéressants, des photos de notre île ainsi qu’un service météo. Ile-maurice.com est desservi par un forum relativement actif, fréquemment visité par des Mauriciens vivant à l’extérieur aussi bien que des étrangers.

Ebenecybercity/Mauritius.info/BPMLmauritius, etc

2003 a vu le mini-scandale spéculatif des noms de domaine liés à notre cybercité nationale. Sham Messry s’est fait un nom dans ce genre de commerce tout à fait légal avec plusieurs noms comme mauritius.info, mauritius.us, ebenecybercity.com, bpmlmauritius.org/net et com. Reste que la frontière dans ce domaine entre ce qui est légal et ce qui ne l’est pas, est tenue. Faire du copier/coller d’un site gouvernemental à un autre, déclarer gérer des avoirs de plusieurs centaines de millions d’Euros, se présenter comme le site officiel de la Cybercité d’Ebène ne sont pas ce qu’on pourrait appeler des exemples éthiques.

L’on reste aussi pantois quant à la manière et la légèreté avec laquelle ont été gérés les noms de domaines mauriciens par les autorités concernées. Gageons qu’à l’avenir ce genre d’incidents ne se répétera pas. Pour information, Mauritius Telecom a “oublié” de renouveler son nom de domaine “mtinfopages.com” qui est désormais passé sous le contrôle de Finertechnologies, une compagnie américaine. 2003 restera donc l’année où les entreprises mauriciennes auront enfin compris le danger du cybersquatting.

Edutech
(http://www.edutech.mu/)

Nasser Beeharry peut être fier de son site. edutech.mu est devenu une référence indépendante du monde éducatif mauricien. Edutech a fait la une des journaux tout dernièrement avec sa participation au projet de eTown de la Municipalité de Beau Bassin - Rose-Hill. Lancé il y a un peu plus d’une année et récompensé par le prix Trochétia du Mauricien en 2002, edutech a vu son équipe s’agrandir pour intégrer d’autres éléments de la grande diaspora mauricienne.

Au fil de cette année, edutech.mu s’est étoffé : plusieurs dizaines de cours (niveaux primaire, secondaire, tertiaire) sont offerts en ligne via la plate-forme Claroline. Le site propose aussi un chat room, un guest book ainsi qu’un forum : les deux derniers sont hors ligne pour l’instant mais devraient rapidement revenir. Finalement, edutech.mu offre une flopée de liens utiles dans le secteur éducatif mauricien. A utiliser et à visiter si vous voulez en savoir plus dans ce domaine.

L’express
(http://www.lexpress.mu/)

Avec la collaboration et le support de Telecom Plus, l’express a relancé son site web et le moins qu’on puisse dire est que la refonte a été une réussite dans l’ensemble. Des petites annonces, un moteur de recherche interne, des archives “rechercheables” et un mailing list sont les changements les plus notables. L’interface et la structure du site sont des plus correctes et même si le site est en français, il permet à la diaspora mauricienne de disposer des dernières informations de leur pays natal. Le journal est mis en ligne chaque après-midi pour diminuer l’impact sur les ventes. On retrouve aussi avec plaisir les dossiers de l’express ainsi que plusieurs services annexes mais bien utiles (avis de décès, horoscopes, petites annonces, programmes télé, etc).

 

BackPrinter friendlyComment this

      

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Member's Login
Login

Password


Become a member.

FRCI EServices Website
Business Mag Top 100

Mauritius Hotels
Mauritius Bungalows
Mauritius Guide

 

© 2004 Business Magazine Ltd
Web Design Mauritius - FRCI eServices Ltd